OJM : Condamnation des actes à l’encontre des photographes à Ambohitrimanjaka

Ma-LAZA – MaTV Madagascar

Les présidents de l’ordre des journalistes de Madagascar (ojm), Gérard Rakotonirina et du collectif des reporter d’image de Madagascar (crimad) Hery Rakotondrazaka, ont condamnés avec véhémence l’initiative des éléments de l’Emmoreg d’avoir pris à parti, effacé ses photos pour avoir pris des «images sensibles» et entravé ainsi le métier de journaliste à l’issue des échauffourées survenues à Ambohitrimanjaka le 17 octobre 2019 dernier.

Gérard Rakotonirina a annoncé lors d’un entretien avec les journalistes hier, que ce genre de comportement constitue une violation des lois en vigueur, se référant à l’article 68 du code de la communication médiatisé, stipulant que : «toute agression commise par toute personne physique ou morale, par les autorités publiques, par les forces de l’ordre à l’endroit des journalistes ou une équipe de reportage […] portant atteinte à leur matériel de travail, est passible de poursuites et de sanctions conformément aux dispositions du code pénal».

Le président de l’OJM estime que le ou les éléments des forces de l’ordre incriminés devraient répondre de leurs actes et exige à ce qu’ils fassent ainsi l’objet de sanction, comme ce fut notamment le cas de l’agent de police suspecté d’avoir commis les mêmes faits sur un journaliste au palais des sports et de la culture de Mahamasina et qui avait été écroué pour son geste. Gérard Rakotonirina se pose la question de savoir ce qui serait passé si le journaliste s’était accaparé de l’arme d’un élément des forces de l’ordre.

Le président de l’OJM a également déploré la réaction, revêtant une certaine ironie, des forces de l’ordre selon laquelle elles sont disposées à faire leur mea culpa s’il existe des preuves attestant ce mauvais comportement de leurs éléments, alors que les images prises par le journaliste en plein exercice de ses fonctions, et à des kilomètres du centre-ville, étaient susceptibles de constituer des preuves flagrantes, malheureusement, elles furent effacées.

Gérard Rakotonirina s’est demandé si les forces de l’ordre ont quelque chose à cacher pour qu’elles en viennent à perpétrer des abus et violenter ainsi les journalistes dans le but de protéger ses intérêts.

MA TV L.R