Alatsinainy Mainty – 26 Janoary 2009 – 26 Janoary 2019


10 taona katroka androany 26janoary ny Alatsinainy mainty nisian’ny fanonganampanjakana teto Madagasikara ny 26 janoary 2009.

Potika sy hotohoto ny fananampanjakana sy an’olontsotra nandritra izany.

10 ans jour pour jour, Madagascar a été le théâtre d’un évènement sans précédent. Tous les bâtiments et autres biens du Président Marc Ravalomanana ont été pillés et brûlés à Antananarivo, la radio et la télévision nationale ont subi le même sort. Ailleurs dans la capitale, les pompiers ont découvert plusieurs corps calcinés dans un magasin pillé.

Le bilan est lourd, 25 corps calcinés « ils sont tellement brûlés qu’ils seront difficilement identifiables » selon un responsable des pompiers. Les victimes auraient été prises au piège dans le brasier, au plus fort des pillages. Plusieurs milliards de pertes pour les sociétés du Président Marc Ravalomanana, dont, Tiko, Magro, MBS Tv et Radio, Le Quotidien, Ny Vaovaontsika…Un couvre feu a été instauré par le régime de l’époque, un signe de la volonté des pouvoirs publics de rétablir l’ordre dans la capitale. Des unités militaires ou de policiers sont postées devant la plupart des supérettes ou autres enseignes susceptibles d’être pillées…

En province aussi, des incidents ont eu lieu. Des magasins Magro ont également été pillés dans la plupart des grandes villes. Les premières villes touchées par ces pillages, cantonnés à un ou deux quartiers, sont Mahajanga sur la côte ouest, Toliary plus au sud, Antsirabe. D’autres incidents ont aussi été relevés à Fianarantsoa et enfin à Toamasina.

Andry Raoelina était le principal meneur lors de la journée sanglante du lundi 26 janvier 2009. Il était dans les rues d’Antananarivo quand la capitale a été mise à feu et à sang par des manifestants fous furieux. Dix ans après les faits, la vérité sur l’affaire n’est toujours pas dévoilée ni au grand public ni aux proches des victimes. Les plaintes déposées au Tribunal relatives à cette affaire par l’association des victimes n’ont pas connu de suite.

Le maire de la capitale de l’époque, Andry Rajoelina avait promis d’aider les victimes du pillage puisqu’il a été lui-même parmi les principaux acteurs de cette crise dévastatrice en manipulant la foule dans les rues de la capitale. Mais aucune indemnisation ou soutien financier aux victimes n’a été déboursé même si Andry Rajoelina a passé cinq ans au pouvoir en tant que président de la Transition.